Guide under-overground
Bars à Paris
hotel paris
Paris Restaurants
Paris Montparnasse
paris lieux
paris café-Théâtre
Bars à New-York
Bars à New-York
Bars à New-York
Bars à New-York
Bars à New-York
Bars à New-York
Bars à New-York
Bars à New-York
Bars à New-York
Bars à New-York
Bars à New-York
Bars à New-York
Bars à New-York
Bars à New-York
Bars à New-York
New-York Hôtels

New York Hell's Kitchen
East Village
New-York lieux
Préparez son voyage à New York City
Jim Morrison à Paris
Serge Gainsbourg à Paris
Oscar Wilde à Paris
Ernest Hemingway à Paris
Renaud à Paris
Bob Dylan
Marilyn Monroe à New York
John Lennon à New York

New-York Circuit Greenwich Village
Montmartre




Home

Hell's Kitchen

Marilyn Monroe
Frank Sinatra
Jack Kerouac
Coltrane
james Dean à Time Square
The New York Dolls
Jimi Hendrix
Bob Dylan

Hell’s Kitchen (Clinton)


Ce nom peut faire frémir nos papilles. Ce quartier, très mal famé il y a encore quelques années, est devenu l’un des endroits les plus prisés pour dîner à Manhattan. Plusieurs histoires circulent sur la naissance de ce drôle de nom. Celle que nous préférons est celle--ci : un jour, pendant une émeute, un vieux policier et son jeune coéquipier étaient en mission dans Hell’s Kitchen. Devant la violence des affrontements, le jeune flic déclara à l’ancien : « Cet endroit est un enfer ». Le vétéran, dans toute sa sagesse, lui répondit : « L’enfer possède un climat tempéré. Ici, c’est la cuisine de l’enfer (Hell’s kitchen). Aujourd’hui, le quartier a pris un autre visage et un autre nom, plus respectable, celui de Clinton. Hommage à De Witt Clinton, maire de New York au XIXe siècle et dont le quartier a été construit sur les terres de son ancienne ferme.

Il n’empêche que ce secteur, aussi mal famé qu’il fût, a contribué à l'idée collective de la Big Apple.

Cinéma :

  • Les Anges de la nuit : Sean Penn, Gary Oldman, Ed Harris…

  • À tombeau ouvert : de Martin Scorsese, avec Nicolas Cage, Patricia Arquette…

  • Sleepers : de barry Levinson avec Robert De Niro, Dustin Hoffman, Kevin Bacon, Brad Pitt... Pratiquement toutes les scènes ont été tournées dans le quartier.

  • Sylvester Stallone aussi a grandi dans ces rues. À l’époque, ses amis disaient de lui qu’il finirait sur la chaise électrique.

Littérature et BD :

  • Le Parrain, de Mario Puzo : Avant d’être un film, c’était un roman, dont le quartier était le décor.

  • American Psychode Bret Easton Hellis : C'est ici que Patrick Bateman trader, yuppie et serial killer, tua Paul Allen. «J’ai tué Paul Allen avec une hache, dans le visage ! Son pauvre corps est dissout dans une baignoire à Hell’s Kitchen ! Je ne veux rien laisser derrière moi.

  • Mat Murdock, plus connu sous le nom de Dardevil (Marvel Comics), a grandi et combattu dans Hell’s Kitchen." 

Alors, si vous trainez un soir, dans Hell’s Kitchen, en rentrant d’un restaurant et que vous rencontrez sur le trottoir un Sly énervé, ou l’ombre d’un yuppie élégant en chasse, fuyez et priez pour que Dardevil ne dorme pas cette nuit-là.

  

Dardevil
Patrick Bateman (Christian Bale) dans American Psycho

Dardevil

Christian bale - Patrick Bateman.

American Psycho.

Copacabana

268 West 47th Street – Ancienne adresse: 10 east 60th Street


Le Copacabana, souvent appelé “The Copa”, est un night-club new-yorkais ouvert le 10 novembre 1940.

Ce club appartenait alors à Monte Proser, qui avait comme partenaire, le mafioso Frank Costello. Très vite, ce dernier mit dehors Proser et se garda le Copa.

A cette époque, la boite avait comme politique : « pas de noirs ».

Dans les années 50, ils changèrent de cap et finirent par admettre les « blacks ». C’est à cette époque, qu’ils offrirent leur scène à Sammy Davis Jr, qui leur fit battre des records de fréquentation. Le 01 mai 1957, le Copa fit la une des journaux qui le rendit célèbre. Ce soir là, Sammy Davis Jr était sur scène. Dans la salle, il y avait des membres de l’équipe des Yankees de New-York, qui étaient venus fêter l’anniversaire d’un des leurs : Billy Martin. Il y avait aussi une équipe de joueurs de Bowling pas mal ivres. L’un d’entre eux a commencé à tenir des propos racial à l’encontre du bon Sammy. Le problème, c’est que parmi les Yankees il y avait Martin, qui vivait en collocation avec Elston Howard (1er Afro-Américain chez les Yankees). Ça ne rigole pas chez les Ricains. Aussitôt une bagarre éclata. Plus tard, quelques procès après cette soirée, Billy Martin a du quitter les Yankees pour le club de Kansas City, la cause de son départ fut cette bagarre.

Mais laissons là, les sales histoires de mafia, de racisme et de sport (je ne fais aucun amalgame), et revenons aux artistes qui ont peuplés les lieux.    

Sam Cooke joua à la Copa en Juillet 1964 et en sortit un album « Sam Cooke at The Copa ». Peu à peu, plusieurs artistes de la Motown Records s’y produisirent comme, The Supremes qui y firent leurs débuts, The Temptations, Martha and The Vandellas ou encore Marvin Gaye…

Les plus grands de l’époque se disputèrent la scène : Paul Anka, Nat King Cole, Ella Fitzgerald, Edith Piaf, Smokey Robinson & the Miracles, Frank Sinatra, The Villages People… C’est là aussi que Dean Martin et Jerry Lewis ont fait leur dernière performance le 25 juillet 1956.

Pendant le début des années 70, Copacabana devint une discothèque. Dans le milieu des années 70, il ferma ses portes pendant 3 ans, dut au décès du propriétaire.

Il rouvrit et déménagea ; La cause invoquée : Ne pas aimer les hispaniques (c’est repartit, ce coup-ci, on est dans « West Side Story »). Il déménagea encore quelque fois, pour enfin s’établir le 12 Juillet 2011 au 268 West 47th Street.

Ce club a aussi était un lieu de tournage pour plusieurs films, et des scènes de films comme « Les Affranchis », « Raging Bull », « L’impasse » ou encore « Tootsie » ont été tournées là.

  

The Copacabana de New York
Marilyn Monroe, Dean Martin et Jerry Lewis au Copacabana

Dean Martin, Jerry Lewis et Marilyn Monroe

Au Copacabana

Smith's Bar

701  8th Avenue (dans la même rue que le Birdland)

Pendant les séances d’enregistrement de « Imagine » au Record Plant Studios, John Lennon fréquentait ce bar. Il profitait des pauses de ses sessions pour aller y manger un Hamburger et y boire une bière.


  

John Lennon à New York
Smiths Bar de New York

John Lennon

Laurie Beechman Theatre

407 West 42nd Street

Avant d’être John McClane, Bruce Willis était barman au dîner-spectacle Laurie Beechman, du 407 West 42nd Street dans le quartier d’Hell’s Kitchen aussi appelé Clinton.

Depuis de longues années, ce dîner-spectacles, accueil des invités prestigieux comme : Tennessee Williams, Arthur Miller ou encore Sean Penn…

Le restaurant a ouvert ses portes en 1983. Le propriétaire, Steven Olsen, choisit se nom en hommage à la chanteuse américaine Laurie Beechman qui était connue sur Broadway pour sa performance dans, Les Misérables ou bien Cats … des pièces qui rencontrent toujours autant de succès aujourd’hui.

En plus des pièces de théâtre, jouées sur la scène du Laurie Beechman, Steven Olsen a introduit des prestations de Jazz et de Cabaret. Il y a quelques années ils ont eu la chance d’accueillir The Who pour 4 prestations lors de la sortit de leur opéra rock « Tommy ».   

  

Bruce Willis
Arthur Miller

Bruce Willis

Arthur Miller

Suivez nous:

Suivre under&overground sur Facebook
Suivre under&overground sur Twitter
Suivre under&overground sur Pinterest

Paramount Theatre - Hard Rock Cafe

1501 Broadway.

Le 19 novembre 1926, The Paramount Theatre ouvrait ses portes au public. Il était alors destiné au cinéma muet. Il possédait l’une des plus grandes orgues de théâtre jamais construites. Cet instrument servait à accompagner en direct, aidé par un orchestre les films muets. Hélas, un an après son ouverture en 1927, arriva sur les écrans américains le 1er film parlant « Le chanteur de jazz ». Le cinéma muet allait résister au Paramount Theatre jusqu’en 1933. Il se convertit ensuite en salle de concert et accueillit des musiciens de jazz comme les Andrews Sisters, Glenn Miller,  Benny Goodman, Harry James… Plus tard, en janvier 1943, Frank Sinatra fit son 1re triomphe à New York au Paramount Theatre, Dean Martin et Jerry Lewis firent rire le Tout-New York dans leur show, le King Elvis chanta son Love me tender..C:Creatoroverground Le 4 août 1964, le Paramount ferma ses portes. Le vieux cinéma a été vidé et transformé pour accueillir les bureaux du New York Times. Aujourd’hui, le Hard Rock Café s’est installé entre ces murs historiques. 

  

Hard Rock Café - paramount Theatre

Paramount Theatre

Hard Rock Café

Bars et Night-clubs dans Hell's Kitchen

Restaurants

Robert de Niroet Jerry Lewis dans La Valse des Pantins au Sardi's de New York

Sardi's

234, West 44th Street.


Le Sardi's, a ouvert ses portes dans le theatre District, le 5 mars 1927. Au début de l'aventure, Vincent Sardi, estimant qu'il n'avait pas l'affluence qu'il espérait en s'installant près des théâtres, au coeur de Broadway, eut l'idée de s'inspirer d'un club de Jazz parisien que tenait Joe Zelli entre 1922 et 1933. Comme Zelli, Sardi recruta un dessinateur caricaturiste Alex Gard.

  

Celui-ci était un réfugié russe. Alex Gard, avait pour mission de croquer une caricature des artistes qui venaient diner. Celui-ci était récompensé par un repas au restaurant, tous les jours. Ses caricatures étaient ensuite, et le sont toujours, exposées sur les murs du Sardi's. Jusqu'au bout, Alex Gard a continué de dessiner contre un repas. Lorsque Sardi fils a voulu modifier son contrat contre quelque chose de plus honnête, Alex Gard a refusé. Il a continué à vendre ses caricatures contre un repas jusqu'à sa mort, après avoir produit plus de 700 tableaux.

Le restaurant devint rapidement une adresse pour les comédiens de théâtre. Vincent Sardi qui aimait réellement cet art, a su accommoder les horaires du restaurant avec ceux des acteurs de théâtre, en fermant tard le soir.

Sardi's est présent dans beaucoup de films. En voici seulement 4 d'entre eux:

- « The contry club »(une fille de la province) avec Bing Crosby et Grace Kelly.

-« But not for me », avec Clark Gable.

-« Author Author » (Avec les compliments de l'auteur), de Arthur Miller et avec Al Pacino.

Et l'excellentissime:

- « The king of comedy » (La valse des pantins) de Martin Scorsese avec Robert de Niro et Jerry Lewis. Le passage du film est celui où Jerry Lewis est dans un restaurant avec Robert de Niro. Ce dernier, comique inconnu du public, est en pleine crise égocentrique. Il imagine qu'il est attablé au Sardi's avec Jerry Lewis, vedette du plus grand talk show de N-Y, et que celui-ci lui implore de bien vouloir le remplacer pendant 6 semaines à la tête de son émission. A la fin de la scène, un dessinateur leur présente leur caricature. 

  

Jerry Lewis avec Robert de Niro

Lieux mytiques de Hell's Kitchen

Actors Studio

432 west 44th street.

Ce petit bâtiment en briques rouges, renferme la plus grande école d’acteurs du monde, non pour sa taille, mais pour sa réputation et pour les artistes qui ont franchi ces portes pour se faire initier à The Method. L’école a été créée en 1947, ce n’était au départ qu’un atelier où des comédiens, déjà confirmés, pouvaient venir répéter leurs rôles.

L'Actors Studio a connu ses heures de gloire grâce à son directeur, Lee Strasberg, qui mit au point « la méthode » (the Method) et la popularisera de 1951 à 1982.

Pour créer la méthode, il s’inspira du travail d'un certain Constantin Stanislavski (1863-1938) qui était metteur en scène et professeur de théâtre russe. On lui doit deux ouvrages incontournables du métier d’acteur « La formation de l’acteur » et « La construction du personnage ». Ses deux livres, qui révolutionnèrent toute l’Europe de la comédie en son temps, sont la base de « The Method » de l’Actors Studio :

Les trois aspects principaux de la méthode Strasberg sont : la relaxation, la concentration et la mémoire affective. C’est à travers ces trois pratiques que l’acteur doit faire vivre son rôle. La méthode consiste à puiser dans son vécu les émotions nécessaires au personnage à interpréter. « Quand un acteur est bien entrainé, tout ce dont il a besoin est de se souvenir, ce sont les actions ; le reste lui viendra par association. Quoiqu’il faut faire attention, car ça ne vient pas toujours spontanément. Si un joueur de football doit s’entrainer et pratiquer son jeu, cela doit être vrai aussi pour l’acteur, qui a le même problème, celui de devoir travailler avec un instrument qui ne lui obéit pas entièrement tout le temps ».  Lee Strasberg.

La plupart des grands acteurs américains ont suivi les cours de l’Actors Studio. Paul Newman, Marlon Brando, James Dean, Liz Taylor, Marilyn Monroe, ont été les premiers à incarner cette nouvelle génération d’acteurs en suivant les cours de Lee Strasberg sur les bancs de l’Actors Studio. Ils ont été suivis par

Steve Mc Queen, Robert de Niro, Dustin Hoffman, Al Pacino, Tommy Lee Jones, Angélina Jolie, Tom Cruise, Bruce Willis, Tom Hanks, Nicole Kindman, Julia Roberts, Sean Penn, Joachim Phoenix... Aujourd'hui, la Méthode de Lee Strasberg est critiquée et fait débat dans le métier. Certains lui reprochent d’uniformiser l’interprétation d’un rôle. 


  

Paul Newman à l'Actors Studio de New York
Marilyn Monroe à l'Actors Studio de New York
Actors Studio de New York

Actors Studio

Paul Newman

En cour à

L'Actors Studio 1955

Marilyn Monroe

En cour à

L'Actors Studio 1955

Suivre under&overground sur Pinterest
Suivre under&overground sur Twitter
Suivre under&overground sur Facebook