Bars à New-York
Guide under-overground
Bars à Paris
hotel paris
Paris Restaurants
Paris Montparnasse
paris lieux
paris café-Théâtre
Bars à New-York
Bars à New-York
Bars à New-York
Bars à New-York
Bars à New-York
Bars à New-York
Bars à New-York
Bars à New-York
Bars à New-York
Bars à New-York
Bars à New-York
Bars à New-York
Bars à New-York
Bars à New-York
Bars à New-York
New-York Hôtels

New York Hell's Kitchen
East Village
New-York lieux
Préparez son voyage à New York City
Jim Morrison à Paris
Serge Gainsbourg à Paris
Oscar Wilde à Paris
Ernest Hemingway à Paris
Renaud à Paris
Bob Dylan
Marilyn Monroe à New York
John Lennon à New York

New-York Circuit Greenwich Village
Montmartre




Home

Bars, Cafés Concerts et Night Club

Mc Sorley's Old Ale House

15 East 7 th Street

Le  Mc Sorley’s Old Ale House, aussi connu sous le nom de « Mc Sorley », a ouvert ses portes dans l'East Village en 1854, ce qui fait de lui le plus vieux pub Irlandais de New York. Les deux devises du Mc Sorley’s Old Ale house sont “Be good or be gone” et “We were here before you were born”.

Ce vieux pub irlandais a attendu 1970 et qu’une loi lui interdise d’interdire l’admission des femmes dans les bars, pour enfin leur ouvrir ses portes.

Au XIXe, East Village, qui était une partie de Lower East Side, était un quartier d’émigrants. Le Mc Sorley était alors le rendez-vous de ces émigrés irlandais qui peuplaient les rues. C’est dans ce pub,qu’après une longue journée de travail, ils allaient passer du bon temps autour d’une pinte, laissant femmes et enfants à la maison.  

Puis, la 1re guerre mondiale est arrivée et les jeunesIrlandais ont du aller se battre. Aujourd’hui encore, on peut voir un lustre qui pend au-dessus du vieux comptoir en bois. Ce lustre a deux boules lumineuses reliées par une tige en métal où pendent des triangles en fer, recouvert d’une épaisse poussière. La tradition du Mc Sorley était que les jeunes qui partaient à la guerre devaient y déposer un de ces triangles et le récupérer à leur retour. Ceux que vous pouvez voir aujourd’hui sont les triangles de ceux qui ne sont jamais revenus. Touchez-les et vous serez bannis à vie.  

Ce vieux pub qui a vu passer beaucoup d’époques à vu aussi passer de grandes personnalités, comme le célèbre illusionniste, Houdini, ses fameuses menottes y sont exposées, le 16éme président des États-Unis Abraham Lincoln, l’inventeur de la locomotive à vapeur Peter Cooper, le chanteur contestataire Woody Guthrie, le poète Paul Blackburn, le peintre John French Sloan, l’écrivain George Jean Nathan, le 26éme président Théodore Roosevelt, le peintre Stuart Davis, John Lennon et bien d’autres…

Le Mc Sorley’s est aussi présent dans la culture populaire. En 1984, Sergio Leone l'utilise comme décor pour « Il était une fois l’Amérique », les 5 jeunes gangsters se réunissent dans ce bar.

Cassidy, l’un des héros du Comics Preacher (le prédicateur) a ses habitudes au Mc Sorley.

  

Mc Sorley's Old Ale House
Lustre du Mc Sorley
Cassidy - Preacher

Suivez nous:

Suivre under&overground sur Facebook
Suivre under&overground sur Twitter
Suivre under&overground sur Pinterest

Page: 1 - 2

Vazac Horseshoe Bar

108 avenue B – East Village –

Le Horseshoe doit son nom à son comptoir en forme de fer à cheval, on appelle aussi ce bar le 7B ou le Vazac. Souvenez-vous du dicton de l’alphabet city pour cette lettre : Avenue B, you’re Brave. Autant dire qu’il y a quelques années en arrière il en fallait une belle paire pour aller boire une bière au Horseshoe, si l'on n’était pas du coin. Ce bar a survécu à tout : la Mafia, les Anars, les Yippies,  les Hippies, les Punks et aujourd’hui les Yuppies. Il fait partie des lieux les plus représentatifs d’une époque.

On l’a souvent vu, dans des scènes de films cultes. Lorsque l’on veut une ambiance un peu sombre, un peu voyou ou aventureuse, on choisi le Vazac.

— Le parrain II (1974) : Tout le monde s’accorde pour dire que c’est le plus réussi de tous. C’est dans ce bar que les frères Rozato donnent rendez-vous à Frank Pentangeli. Alors que celui-ci est au comptoir, un homme s’approche par-derrière et le garrote en le trainant au fond du bar pour finir sa besogne. À ce moment-là, un flic entre dans le bar et s’ensuit une fusillade. Beaucoup de scène du Parrain II se passe dans ce quartier, surtout les parties flashbacks. C’est intéressant d’aller faire un tour, pas loin du Horseshoe, sur East 6th street entre l’avenue A et B. C’est ici que Francis Ford Coppola planta le décor pour raconter l’histoire des débuts de Corléone. La magie du cinéma a transformé cette rue avec un marché le long des trottoirs, de vieilles voitures et une couleur un peu sépia, pour nous replonger dans les rues où débarquaient les émigrés après avoir subi l’épreuve d’Ellis Island (que l’on peut voir aussi dans ce film).

— En 1987, on retrouve le Vasac Horseshoe dans le film d’Allan Parker « Angel Heart » avec Mickey Rourke et Robert de Niro. C’est au comptoir en forme de fer à cheval qu’une femme remet à Harry Angel (Mickey Rourke) une enveloppe contenant des photos de Johnny Favourite, l’homme qu’il est censé retrouver pour le compte de Louis Chypre (Robert de Niro).

— En 1986, on retrouve Paul Hogan, dans le rôle de Crocodile Dundee, au comptoir du Horseshoe. Il boit une bière, entouré d’une bande interlope. Puis il se fait racoler devant le bar par deux prostitués.

Aujourd’hui, pas besoin d’être un caïd pour aller boire un verre au Horseshoe et écouter le jukebox cracher du Punk, ou jouer comme autrefois, une partie de flippers.   

  

Vazac's bar ou Horseshoe ou 7B
Paul Hogan devant le Horseshoe
Le Parrain

Old Town Bar

45 East 18th Street

«Love! King of New York Bars! A place where you can still talk»

Voilà, comment Franck McCourt (écrivain) décrit le bar dans son roman autobiographique, Les cendres d'Angela.

Le Old Town Bar est un bar restaurant situé dans le Flatiron Disctrict. Il ouvre ses portes en 1892, ce qui fait de lui l'un des plus vieux bars de la Big Apple.

Durant les années de prohibition (1919-1933), le Old Town était un Speakeasy, sous la protection de Tammany Hall (organisation active de 1789 à 1960 qui aidait les immigrants à s'installer à New York en leur trouvant un boulot et de la nourriture...)

L'intérieur de l'établissement est resté à l'original, avec son comptoir de 17 mètres en marbre acajou, ses plafonds en tôlent, ses urinoirs tout en longueurs, et son escalier grinçant datant aussi de 1892. La plupart des meubles ainsi que la décoration sont aussi d'origine.

Le Old Town Bar a aussi servi de lieu de tournages pour des films comme : Les derniers jours du disco, Ennemis rapprochés avec Brad Pitt et Harrison Ford, Coups de feu sur Broadway de Woody Allen avec John Cusack et Dianne Wiest, ou encore, Les Anges de la Nuit avec Sean Penn, Ed Harris et Gary Oldman. Il a aussi été le décor de clips  «Jump Around» du Groupe Hip hop House of Pain, ainsi que «Bad Girl» de Madonna. On a pu aussi le voir dans la série «Sex and the City, ou bien dans l'ouverture de l'émission «Late Night with David Letterman» de 1982 à 1993.


  

Old Town Bar
Brad Pitt au Old Town Bar
Suivre under&overground sur Pinterest
Suivre under&overground sur Twitter
Suivre under&overground sur Facebook

Birdland

315, 44th Street

« Bird » était le surnom de Charlie Parker. C’est en 1949, au « 1678 Broadway Avenue », que le club de jazz le Birdland ouvrit ses portes sous le nom de son musicien vedette. Tout ce que Gotham City comptait de lumineux se mirent à fréquenter ce au lieu du jazz : Franck Sinatra, Gary Cooper, Judy Garland, Marilyn Monroe…

L’album « Live at Birdland » avec John Coltrane, Lester Young, Miles Davis, Dizzy Gillespie… a été enregistré sur cette scène. George Shearing composa « Lullaby of Birdland » en 1952, en hommage au club. En 1959 c’est Ray Charles qui le mentionne dans son célèbre « What’d I Say » :

See the girl with the red dress on

She can do the Birdland all night long

Yeah yeah, What’d I say, all right.

On retrouve le Birdland avec Jack Kerouac, féru de jazz, dans son célèbre “On the Road”.

Mais New York est une ville en perpétuel mouvement où le dollar est roi. Aussi, le succès du club va faire exploser son loyer, et le Birdland, ne pouvant plus faire face, ferma ses portes en 1965. Par nostalgie, une dernière soirée fut organisée en 1979, pour fermer définitivement les portes du Birdland sur Broadway.

Ce n’est qu’en 1986 que le club ouvrit de nouveau, mais cette fois à une autre adresse, celle d’aujourd’hui : 315, 44th Street. 

Charlie Parker and Strings at Birdland 1951

Lecture pour le voyage

Baker Street Pub

1152 st Avenue - Manhattan -

Le 8 février 1989, le monde des salles obscures découvre derrière le comptoir en bois du Baker Street Pub un Tom Cruise au brushing parfait et virtuose du shaker. Le film s’appelle « Cocktail », il raconte l’histoire de Brian Flanagan, qui, pour payer ses études, se fait embaucher dans ce bar à cocktails. On était ambitieux et romantique dans les années 80…

L’histoire de ce bar, qui porte le nom de la rue où vivait Sherlock Holmes à Londres (allez savoir pourquoi ce choix !), a débutée en 1965. À l’époque, trainait à Manhattan un jeune homme du nom d’Alan Stillman. Que cherchait Mister Stillman ? Concilier travail et aventures avec de jolies jeunes femmes. Le quartier chic d’Upper East Side regorgeait alors de modèles et d’hôtesses de l’air, certainement en raison de la bonne fréquentation et du pont de Queensboro que l’on emprunte pour se rendre directement à l’aéroport de J.F.K. Si, pour les jeunes new-yorkaises d’aujourd’hui, il est facile de suivre Sarah Jessica Parker et ses copines dans les bars de la Big Apple pour déguster un Cosmo tout en faisant des rencontres, ce n’était pas aussi aisé avant le milieu des années 60. Les bars étaient plutôt réservés aux hommes, pour certains même, interdits tout bonnement aux femmes (jusqu’en 1970 !). Les Sarah Jessica Parker et ses potes devaient se contenter de s’inviter chez elles à tour de rôle pour siroter des cocktails. L’idée de Stillman était justement de créer un endroit public où toutes ces jeunes femmes, en proie à leurs désirs de rencontres et d’aventures (tout comme les hommes), puissent sortir entre copines. C’est ainsi qu’il créa le premier « T.G.I Friday's ». Le concept était simple, implanté dans le quartier de Manhattan où se trouvait le plus de jeunes femmes libres, le bar ouvrait ses portes avec comme menu des hamburgers et des cocktails. D’après Stillman, ce qui a joué aussi pour sa réussite, c’est le « timing parfait ». En effet, son bar a été ouvert la même année que la pilule contraceptive et que la libération sexuelle. Le succès ne se fit pas attendre : en seulement quelques mois, le T.G.I Friday’s fit le plein de belles jeunes femmes, et de jeunes hommes. Derrière le comptoir, l’œil aux aguets pour draguer la plus jolie de la soirée, le bon Alan Stillman, jouant le Jimi Hendrix du shaker. C’était une révolution. Enfin un endroit où l’on venait pour draguer et s’amuser ! Fort de son succès, Alan Stillman ouvrit d’autres T.G.I Friday’s à travers le pays. A New York, il déménagea pour laisser la place au Baker Street Pub.

New York aujourd’hui est remplie de bars à cocktails où hommes et femmes se rencontrent librement, mais pourquoi ne pas aller dans celui où tout à commencé, celui du film « Cocktail » ?

Tom Cruise dans Cocktail
Alan Stillman

McGee's - MacLauren's

W 55th Street - Manhattan

La vie des new-yorkais telle que nous l’imaginons, nous qui vivons dans le vieux monde, nous a été dévoilée au travers des films et des séries TV. Trois séries sur New York ont contribué à cette image. Dans l’ordre: “Friends” (1994), “Sex and the City” (1999) et “How I Met Your Mother” (2005). Les ressemblances entre « Friends » et « How I Met Your Mother » sont nombreuses. Dans les deux séries, c’est l’histoire d’une bande de potes vivant à New York et cherchant à se marrer, l’amour et un boulot sympa. Ils ont deux endroits qui leur permettent de se retrouver : l’appartement branché de l’un d’entre eux, et un bar tout près de celui-ci. Autant, le « Central Perk » et son canapé orange des « Friends » a été inventé par les réalisateurs, autant le MacLauren’s de « How I Met Your Mother » est inspiré d’un vrai pub new-yorkais: le McGee’s. Les créateurs de la série HIMYM, Carter Bays et Craig Thomas, ont travaillé, avant d'écrire la série, pour « The Late Show With David Letterman » qui est enregistré à l’Ed Sullivan Theater. À cette époque, ils prennent l’habitude de fréquenter un pub qui se trouve à seulement deux minutes à pied de l’Ed Sullivan Theater, et vous l’aurez deviné, ce pub n’est autre que le McGee’s. C’est donc naturellement que lorsqu’ils écriront leur série à succès, ils s’inspireront du pub qui a été pendant un temps leur QG. Bien sûr, le McGee’s surfe depuis sur la vague touristique qu’amènent chaque jour les fans de la série du monde entier. Ils ont accroché aux murs des photos de Ted, Marshal, Lily et Robin, et il est arrivé que les héros de la série viennent faire un tour au McGee’s. Mais ne vous y trompez pas, contrairement à "Sex And The City", dont toutes les scènes ont belle et bien été tournées dans la Big Apple, aucune scène de "How I Meet Your Mother" n'a été filmée ici, ni même à New York, tout comme « Friends », d'ailleurs : une copie de l'intérieur du pub a simplement été recréée dans les studios de la 20th Century Fox à Los Angeles.

Alors, si vous marchez assoiffé, dans les rues de Hell’s Kitchen, à la recherche d’une bière fraiche, poussez la porte de McGee’s. Santé !

How I Met Your Mother
McGee's de New York